ASSOCIATION DES VICTIMES DU CREDIT MUTUEL
A.V.C.M. le site des Victimes du Crédit Mutuel


 

VOTRE AVIS SUR LE CREDIT MUTUEL

Ecrivez aussi à M. Etienne Pflimlin
président du Crédit Mutuel

La Banque à qui parler
34, rue du Wacken  67000 Strasbourg


Question à propos de l'rrégularité d'un prêt immobilier.
Bonjour,
Cliente au crédit mutuel depuis une dizaine d’années, j’ai décidée il y a quelques moi de contracter un prêt immobilier.
Lors du rendez vous(le 27/06/2008) chez le notaire pour la signature de l’acquisition, je me suis rendu compte que l’apport personnel n’était pas celui indiqué sur mon prêt.
En effet lors de la lecture notarial , le notaire m a signalé que l’apport personnel était de 5.900 Euro alors qu’il est notifié sur mon prêt un apport personnel de 7.226 Euro.
également j’ai du payé 2.000 euro de frais d’hypothèque alors que dans mon crédit c’était une garantie "Privilège de prêteur de Derniers" à 925 euro qui y est notifié. Tout en sachant que le montant de cette garantie est inclus dans l’opération.
Quel que soit la garantie choisi, (hypothèque ou autre) je n’aurais jamais du payé en plus ces 2.000 euro.
Le notaire m’a dit de voir avec ave ma banque pour l'erreur sur l'apport, chose que j’ai faite lundi 30 juin auprès de ma Conseillère Financière, qui elle même ne comprends car sur l'informatique l'apport personnel set de 7.226 euro et qu'effectivement est une garantie Privilège de prêteur de Derniers comprise dans mon prêt. elle m'a dit qu elle me rappelerais et depuis silence radio. je n'arrive pas à joindre ma conseillère .pourriez vous me dire qu'est ce que dois je faire pour faire avancer les chose?
cordialement
NN

Réponse de l'AVCM
En effet cela commence plutôt mal pour vous. C'est le moment de vérifier l'acte rédigé par le notaire. Nous vous recommandons de prendre connaissance des informations diffusées par l'AVCM et de les communiquer au notaire et à la caisse de Crédit Mutuel sachant que le notaire engage sa responsabilité civile en cas d'erreur et de manquement à son obligation de conseil, en cas de difficulté adresser vous à la Chambre des  notaires de votre département.
Voir sur http://assvictimescreditmutuel.net
et aussi sur http://www.assvictimescreditmutuel.com/APROPOSDUCM.pdf
Sachez également que vous devez être obligatoirement sociétaire de la caisse et que êtes engagée avec elle en cas de faillite. Communiquez-nous les réponses que vous obtiendrez pour juger de leur validité et nous communiquer une copie de l'acte pour que nous le vérifions.
Cordialement.
AVCM

Réagissez à cet article


Lettre du Docteur Jean KIFFER, Conseiller Général de la Moselle, Maire d’Amnéville

Mesdames et Messieurs les Administrateurs des Conseils d’Administration et Conseils de Surveillance des caisses mutuelles locales

Membre, fondateur de la caisse locale d’Amnéville, depuis 1964, j’ai toujours défendu avec passion le principe humaniste, coopératif et mutualiste pour le développement économique face au capitalisme financier brutal et anonyme.

Aussi, ai-je créé le site touristique et thermal en me fondant sur un capitalisme municipal et en le faisant gérer par des associations (loi d’empire de 1908).Le système coopératif du crédit mutuel, issu également du droit local et unique en France, ne pouvait que me séduire. Il y a néanmoins une différence entre le Crédit mutuel et l’entreprise amnévilloise : le patron du site thermal doit rendre des comptes aux électeurs de sa ville (43 ans de mandat de maire) et, pour les associations gestionnaires, il n’est responsable que devant ses administrateurs, personnalité morale et autonome. Il en va autrement pour les « patrons » du Crédit mutuel qui doivent rendre des comptes à plus de 7 millions de sociétaires ainsi qu’à vous, les administrateurs des 3 100 caisses locales…

Lorsque Monsieur LUCAS, Directeur général, fustige les méthodes de gestion casinotières de la Société Générale, il faut lui rappeler que cette dernière est un établissement bancaire capitaliste alors que la banque mutualiste qu'il dirige le rend, lui, responsable devant l’ensemble des mutualistes. La méthode de développement atypique d’Amnéville, dans le cadre du droit local, devait forcément rencontrer le Crédit Mutuel comme allié. Lorsque l’ensemble du système bancaire régional et national avait refusé de financer le thermalisme à Amnéville sous prétexte qu’un tel projet était d’avance voué à l’échec, le Président Théo Braun m’avait reçu au siège et m’avait déclaré en substance : « du thermalisme structurant de cette ampleur en plein bassin sidérurgique, doit forcément concerner notre institution mutualiste… Combien coûte la 1ère tranche ? Nous finançons… » Hélas, Théo Braun est tombé malade. La guerre de succession a complètement éclipsé les intérêts régionaux de la banque et une direction froide, technocratique et purement financière, s’est installée aux commandes du Crédit Mutuel, après des combats acharnés en coulisses.

Depuis, cette nouvelle direction du Crédit Mutuel s’est désengagée de l’entreprise amnévilloise … et j’ai eu même à déplorer des comportements locaux  que je qualifierai… d'indignes. Contrairement à ce que des shows « grandcinématographiques » réguliers devant quelques milliers de sociétaires voudraient faire croire, la haute direction s’est enfermée dans sa tour d’ivoire… Ainsi, c'est par un article du "Figaro.fr" que nous apprenons que le Crédit Mutuel, qui voudrait mettre la main sur le premier groupe de presse quotidienne régionale, a déjà dépensé 425 millions d’euros pour entrer au capital du groupe de presse Ebra, détenu par le groupe l'Est Républicain… La journaliste ajoute : «mais il n’en a retiré aucun bénéfice »…De surcroît, Monsieur LUCAS accepte de transformer une créance de 128 millions de l’Est Républicain en apport d’argent frais, alors que le groupe est criblé de dettes…La réflexion qui me vient alors à l’esprit est sans doute partagée par la grande majorité des mutualistes : « Nous, les mutualistes, nous n’avons rien à cirer des journaux de Metz, Nancy, Rhône-Alpes et autres… Nous savons tous que la presse est une mauvaise affaire financière. Laissons cela aux spécialistes. On nous dit qu’on veut restructurer l’Est Républicain comme le Républicain Lorrain… Par la "clause de cession", on verse des indemnités colossales aux meilleurs journalistes qui auraient tort de ne pas profiter de l’aubaine…

D’ailleurs, cette "clause de cession" est d’autant plus grotesque que, pour le Républicain Lorrain, le pouvoir de la famille Puhl-Demange a été transféré à 7 millions de mutualistes. Où est donc le problème de conscience ? On ne peut pas me reprocher d’avoir été favorisé par le Républicain Lorrain : je l'ai souvent combattu… Mais je dois reconnaître que j’avais en face de moi une institution qui avait une âme, une passion, des principes et une organisation cohérente. Bref, quand je « cognais » dessus, j’avais du répondant en face. Aujourd’hui, le Républicain Lorrain est devenu un « machin » insipide, vide de substance, sans âme, où l'on pratique "la politique du chien crevé au fil de l’eau", une attitude qui consiste à laisser venir, à vivre son métier au jour le jour…  Mais le journal équilibre ses comptes après une restructuration drastique. Il est donc urgent de vendre au plus vite le Républicain Lorrain ainsi restructuré avant que le nombre de ses lecteurs ne s’effondre dramatiquement, ceux-ci ne trouvant plus dans leur quotidien les informations locales qu’ils attendent…

Toutes ces sommes pharaoniques (425 M€, 128 M€,… on ne sait sans doute pas tout) profitent à qui ? Il aurait été plus utile, pour l’ensemble des sociétaires du Crédit mutuel, que la banque achète, par exemple, des actions de Mittal. Il aurait été beaucoup plus utile que notre banque s’implique dans la création d’une aciérie électrique nouvelle, car cela nous concerne tous ! D'autant qu'on ne prend aucun risque en investissant aujourd’hui dans la sidérurgie, la conjoncture du marché n’ayant jamais été aussi bonne. Pourquoi donc avoir dévoyé l’objectif mutualiste en se diversifiant dans la presse ? Et si ces restructurations hasardeuses explosent en vol ? Il semble que les vautours de la presse professionnelle soient d’ores et déjà aux aguets…

Cerise sur le gâteau, on vient d’apprendre, toujours par un article du Figaro, que Monsieur LUCAS fait un procès à Monsieur LAGARDERE pour délit d’initié. Qu’est-ce donc que cette histoire ridicule ? Monsieur LUCAS a-t-il acheté les actions EADS que Monsieur LAGARDERE a liquidées ? S’il a fait une telle bêtise, il ne peut s’en prendre qu’à lui-même.
Combien a-t-il donc acheté d’actions EADS et à quel prix ? Les pertes dues à ce sinistre viennent-elles s’ajouter aux investissements dans la presse ? Pourquoi Monsieur LUCAS a-t-il acheté ces actions à LAGARDERE ? Ne perçoit-on pas là comme une bizarre rivalité entre un industriel, homme de presse privé, et le représentant de notre banque, qui pourrait rêver d’être un grand homme de presse avec le pouvoir qui y est attaché.

Monsieur LAGARDERE et les autres capitaines de presse risquent leur propre argent… Monsieur LUCAS, lui, risque l’argent de plus de 7 millions de mutualistes ! On n’a pas le droit d’être mégalo avec l’argent des autres…

D'autant que si les entreprises ainsi risquées, à coup et à coût de sommes pharaoniques, pour satisfaire une soif personnelle de pouvoir médiatique sombraient dans la déconfiture, c'est notre banque qui serait menacée…Savez-vous que Monsieur LUCAS participe aux voyages présidentiels en tant que patron de presse ?

Nous autres, mutualistes, nous n’en avons rien à faire. Je me devais de vous informer des risques que nous fait courir Monsieur LUCAS. Personne ne pourra plus dire maintenant, si la catastrophe se produit, "on ne savait pas…"

Amnéville, le 18 juin 2008
Docteur Jean KIFFER
Conseiller Général de la Moselle
Maire d’Amnéville

Réagissez à cet article



Véro et Guy SCHMITZ : Nous dénonçons ci-dessous les pratiques indignes, malhonnêtes et immorales du Crédit Mutuel. En début d'année à la recherche d'un prêt immobilier, nous avons consulté plusieurs établissements bancaires, dont le CIC, qui nous offrait les meilleurs taux et conditions.  Malgré plusieurs contacts et une dernière relance, ma banque, le Crédit Mutuel de Neuf-Brisach, a refusé de s'aligner sur la concurrence.  Nous avons décliné les offres des diverses banques contactées et sommes retournés logiquement à la plus offrante, le CIC.  Mais là surprise ! La responsable de l'agence du CIC de Neuf-Brisach nous affirme ne plus pouvoir nous consentir de prêt ! Elle nous explique que le directeur du Crédit Mutuel est intervenu auprès de ses supérieurs, en leur sommant de ne pas donner suite à notre demande de prêt !! (Non vous ne rêvez pas !)  Ces derniers cautionnent de telles pratiques en acceptant lamentablement.  Mon conseiller au Crédit Mutuel nous a confirmé leur démarche, affirmant être dans leur droit puisque le CIC leur appartient !!Le droit oui ... ou peut-être, mais se moquer de nous, sûrement pas. Qui sont-ils pour se permettre de s'ingérer dans notre projet et nous empêcher d'aller chez la concurrence ? N'est-ce pas déloyale, voir illicite ?  Agir avec une telle bassesse et à notre insu montre le peu de respect qu'ont ces gens envers leurs sociétaires.  De plus ils ont enfreint le secret professionnel ! Qu'ont-ils divulgué au CIC comme informations nous concernant pour que nous soyons aujourd'hui persona non grata dans cette banque ?  Combien de clients le Crédit Mutuel a-t-il déjà floué en agissant de la sorte ? Nous sommes en droit de nous poser des questions sur la déontologie professionnelle dont ils prônent. Ils n'ont aucune morale et leurs pratiques irrespectueuses vis-à-vis des consommateurs se doivent d'être dénoncées. Conséquences : Dans l'urgence, nous nous retrouvons avec des conditions de prêt inférieures à l'offre initiale du CIC qui vont nous coûter plusieurs milliers d'euros. Le transfert de tous nos comptes vers un autre établissement et une perte considérable de temps. Dépité par de tels agissements, nous vous conseillons d'être extrêmement vigilant dans votre démarche de recherche de taux bancaire et de choisir un établissement qui prend le temps de vous écouter et respecter ses engagements commerciaux dans la plus grande transparence.
Faites circuler ce message à tous vos contacts, car si la délation est un acte révoltant et inacceptable, la dénonciation elle est un acte civique qui doit absolument être utilisée contre les malhonnêtes de tous bords.

Réagissez à cet article


Evelyne Bordanava Fusto : Pourquoi votre association ne s'intéresse-t-elle pas à la Caisse  Fédérale du Crédit Mutuel de Marseille ? Vous dénoncez un scandale de collusion entre les magistrats, avocats et le Crédit Mutuel en Alsace (lu à l' url  http://www.assvictimescreditmutuel.com/1514.html[1] , mais j'ai la même sur la côte d'azur.
Vous indiquez: L'AVCM, un site à qui parler. Donc je vous expose de
quoi faire démissionner quelqu'un qui a failli à toutes ses obligations.  Mr Filliger protège le Maire de ma Commune qui lui a rendu un grand service: bloquer la constructibilité d'un terrain depuis 2003 pour que la Caisse fédérale du Crédit mutuel de Marseille puisse le faire vendre aux enchères un quart de sa valeur, sans permis.
Le secret : j'ai des droits à bâtir sur ce terrain (dernier permis accordé dans le quartier avant passage en zone inconstructible); après la vente aux enchères le 19 juin, on va venir me chercher pour trouver quelqu'un pour tout arranger. D'ailleurs ça y est, c'est déjà fait, il s'agit de Mr jean Marie Soler, le mari d'une conseillère municipale. Il va me proposer ''darranger le truc'' parce qu''il me connaît'' , moyennant un peu d'argent. La question est: combien le crédit mutuel a payé le Maire?  Et qui le crédit mutuel et le Maire favorisent-ils ?
Tous les détails du dossierà l' url http://combeau.over-blog.com[2]  (en construction depuis hier, créé dans l'urgence donc susceptible de  devenir de plus en plus précis: j'ai appris par hasard que j'étais vendue aux enchères: tout ce petit monde a un complice au greffe du TGI de Grasse).
Seriez-vous intéressés pour reprendre ce dossier: je ne sais pas comment joindre les sociétaires. Peut-être pouvez vous me l'indiquer.  (Réponse de l'AVCM : les caisses de Crédit Mutuel sont tenus de  tenir  un livre sur lequel figure la liste des sociétaires, voous pouvez-demander à le consulter)
Tous les détails d'un communiqué envoyé à environ 90 journalistes de la presse écrite et audio, sur l'intégralité de la magouille dans laquelle nous nous retrouvons pris:
http://arnaques06.over-blog.com[3]
  Merci pour votre réponse,
  /Evelyne Bordanava Fusto/
  /Cidex 271- RD 2085/
  /Quartier le Plan/
  /06330   Roquefort les Pins/
  /06.62.14.64.88/
Liens:  
[1] http://www.assvictimescreditmutuel.com/1514.html
[2] http://combeau.over-blog.com
[3] http://arnaques06.over-blog.com

Réagissez à cet article



CAISSES DEJARDINS IDEM CRÉDIT MUTUEL ?


POURSUITE-BÂILLON  
par
LA CONFÉDÉRATION DES CAISSES POPULAIRES
ET D'ÉCONOMIE DESJARDINS DU QUÉBEC
 
Au printemps 1998, la Société Radio-Canada informait le public du fait que plusieurs Caisses populaires, du Mouvement Desjardins, chargeaient des frais de découvert supérieurs au 5$ permis par l'article 347 du code criminel canadien. La SRC informait également le public du fait que ces frais excédentaires généraient des intérêts pouvant atteindre un taux de 2000% sur un découvert de compte de 200$, alors qu'en vertu de l'article 347 du code criminel: quiconque charge des taux d'intérêt supérieurs à 60% commet une infraction. Cela représentait probablement des dizaines ou même des centaines de  millions de dollars que le Mouvement des Caisses Desjardins avait soutirés des poches des membres des Caisses populaires les plus démunis financièrement.
 
Jean-Yves Desrosiers, qui se présentait comme étant le porte-parole du Regroupement des victimes des caisses populaires inc., avait fait quelques déclarations publiques à ce sujet. Les faits étant vrais, la Confédération Desjardins, Claude Béland et autres ne pouvaient pas poursuivre la Société Radio-Canada, ils ont alors jeté leur dévolu sur des proies faciles qui n'avaient pas les ressources financières pour bien se défendre.
 
En catastrophe, le 15 mai 1998 la Confédération des Caisses populaires et d'économie Desjardins du Québec et, à titre personnel,  les 12 principaux membres de son conseil d'administration, dont Claude Béland, alors président du Mouvement Desjardins, intentaient une poursuite contre le Regroupement des victimes des caisses populaires inc. et contre cinq personnes physiques désignées, par les Requérants,  comme étant les dirigeants dudit Regroupement: Jean-Yves Desrosiers, Robert Proteau, Claude Amesse, Claude Stébenne et Paulette Giroux.
 
Ils ont "beurré" épais afin de camoufler le fait qu'il s'agissait d'une poursuite-bâillon n'ayant pour but que d'imposer la loi du silence sur le scandale des frais de découvert et d'attirer la sympathie du public en se faisant percevoir comme des victimes d'une campagne de salissage.
 
S'ensuivirent trois années de procédures abusives incluant 74 jours d'un procès (entre le 1er novembre 1999 et le 22 mai 2001) digne des États les plus barbares de la planète: abus de droit, harcèlement, humiliations, torture et cruauté.
 
Il faudrait être naïf pour croire que la puissante Confédération des caisses Desjardins (que certains désignent comme étant le gouvernement du Gouvernement), Claude Béland et autres ont pu asservir le système judiciaire, pour imposer la loi du silence, sans avoir des appuis du pouvoir politique et du pouvoir judiciaire.
 
Pour en savoir davantage: http://www.desjardins-qc.com/slapp.htm
 
Paulette Giroux
10, rue Pleau
Pont-Rouge, Qc.
Canada.
G3H 2G3

Réagissez à cet article


LA BANQUE POSTALE IDEM CRÉDIT MUTUEL ?

Lechaplais Dominique : Dommage, qu'il n'y ait pas d'association aux victimes de la Banque  Postale, car elle se classerait en aussi bonne position que le  Crédit Mutuel.Une Banque Postale peu honorable Pour un petit et moyen fonctionnaire, nul est à l'abri de subir un  jour le joug, la  tyrannie et la malhonnêteté de hauts  fonctionnaires, usant d'abus de pouvoir et d'tre  victime d' une  très grande injustice (même au bout de 25 années de bons services).

Pour ce Groupe la Poste, nous sommes vraiment des êtres méprisables  sans valeur? Vous dépenserez 5000? d?avocat pour rien, 5 années de  procédure et certains syndicats ne se déplaceront même pas devant la  commission de discipline pour vous défendre.
Vous comprendrez mon hostilité envers le Groupe la Poste sur la  lâcheté et la perfidie  de certains de ses hauts fonctionnaires et ma  lutte continuelle sur internet pour propager l'information et qu'un  jour la vérité éclate au grand jour et que l'on puisse dire « plus  jamais ça » Une banque ayant consentie 40 prélèvements non autorisés. LA BANQUE POSTALE? « UNE BANQUE PAS COMME LES AUTRES »

Des millions de Français sont déjà mis à contribution financièrement  et se serrent la ceinture pour combler le déficit de la Sécurité  Sociale (environ 9,5 milliards d'euros), le système des retraites du  privé (peut-être autant que la Sécu).

De nouvelles restrictions s'effectuent également sur les chômeurs (obligations), sur les travailleurs (réduction de la prime à l'emploi) pour financer des projets en cours, et pourtant l'Etat a des fonds nécessaires. La preuve, celui-ci vient de débloquer 57 milliards d'euros minimum* pour les retraites des fonctionnaires de  la Poste devant la Commission Européenne présidée par madame Neelie  Kroes et par l?intermédiaire de Madame Christine Lagarde, ministre  de l'Economie, des Finances et de l'Emploi, 420 millions d'euros sur  2 ans à partir de 2008, pour renforcer la présence postale dans  toute la France et peut-être bientôt 200 millions d?euros pour la  mission d'accessibilité bancaire de la Banque Postale.

Alors, pourquoi une telle libéralité?.. envers la Banque Postale qui  manque d'estime et de considération à l'encontre de son personnel  et de ses clients? Ayant perdu le monopole du livret A, détenu aussi par la Caisse  d'Epargne et le Crédit  Mutuel (livret bleu), celle-ci n'est pas la  plus mal lotie, car elle vient de récupérer  des prêts à la  consommation pour les plus démunis dès 2009,  de  l'assurance-dommages (voiture, habitation) en 2010 et un partenariat  conclu avec la SNCF pour émettre une  carte bancaire prépayée  co-brandée destinée au marché des jeunes (12-17 ans).

Que la Banque Postale récupère le monopole de ces 3 projets,  c'est  proclamé, mais au moins que celle-ci assume déjà son rôle de  Banquier convenablement, car sur 3 mois, celle-ci a consenti plus de  40 prélèvements non autorisés sur mon CCP à des sociétés de recouvrement de crédits à la consommation, un bien triste record  mondial pour une Banque qui veut se pourvoir parmi les meilleurs?..

Bravo la Banque Postale, vous avez de l'avenir.......merci Madame  Lagarde, on ne sais pas pourquoi? mais vous êtes généreuse??...avec cette Banque Postale.

* le contribuable, ne saura jamais combien il a dépensé?.. ( entre  57 milliards et 70 milliards d'euros), car dans la version publique  (disponible sur internet) de la décision de la Commission Européenne  du 10 octobre 2007, concernant les aides de l'Etat pour  les retraites de  la Poste, des informations ont été supprimées, conformément aux  articles 24 et 25 du règlement du Conseil d'Etat n°659 /1999  concernant la non la divulgation des informations couvertes par le  secret professionnel.

( courrier envoyé en recommandé avec AR  le 12 avril 2008 à Madame  Christine Lagarde)
Les prêts à la consommation pour les plus démunis dès 2009


Monsieur Michel Lechaplais                                                     Pannes le...
12 avril 2008
1 rue des Chalons
45700 Pannes

objet : lettre du 12 février2008

ref : F/2008/10286/M/PARTIC-B/JZ

Madame Michèle Mottier                                                                                   
Madame Christine Lagarde, ministre de l'Economie des des Finances et de l'Emploi
                                                                            
Madame le ministre,
Suite à une lettre émanant de votre Ministère à la date du 12  février 2008 par lequel  Monsieur André Santini, Secrétaire d?Etat  chargé de la Fonction publique avait pris connaissance avec attention de mon courrier du 29/01/2008, et que vous-même, vous  chargiez Madame Michèle Mottier  P/le Chef du bureau des cabinets, de le transmettre aux services compétents de votre ministère, je vous faisais part dans celui-ci de mon  hostilité vis-à-vis de l'entrée sur le marché du crédit à la consommation du Groupe la Poste début 2009 et surtout des propos de Monsieur Jean Paul Bailly  dans le journal le Monde « Nous le ferons de manière responsable,  via des actions de prévention du surendettement et en accompagnant  les personnes qui pourraient se trouver en difficultés. Notre légitimité d'établissement de crédit est incontestable ».Je vous faisais part de mon inquiétude et de mon indignation, alors  que ma femme, elle aussi en difficulté à cause de ces crédits à la  consommation, avait été révoquée (assassinée sans scrupule) par ce  Groupe la Poste pour avoir prouvé par ses agissements qu'il était  possible de s'octroyer pendant presque 3 années au nez et à la barbe de celle-ci, des prêts à 0 % en se servant d'un compte décaissement, en effectuant toutes ces opérations dans les formes (formulaires  justificatifs), celles-ci, transmises informatiquement et  régulièrement au Service Comptable de la Direction de la Poste du Loiret. Un CD Rom de toute l'affaire vous était transmis par la même  occasion.
Je n'ai toujours pas de nouvelles de vos services compétents de  votre ministère.Que Monsieur Bailly poursuivre une politique de suppression  d'emploi, par des procédés les plus malhonnêtes, sans être inquiété, c'est un fait, mais que vous permettiez à cette Banque Postale, (le seul Etablissement Bancaire au Monde qui puisse accepter plus de 40 prélèvements non autorisés de Sociétés de recouvrement) de fairede tels crédits avec votre aval, c'est inquiétant et impensable. Un réel danger, car avec de telles pratiques illégales, quel sera l'avenir de ces personnes qui prendront des crédits à la consommation à cette Banque Postale et qui ne pourront plus payer,  suite à un changement de situation même en accord avec la Banque de France. J'ai reçu une lettre de la Banque Postale, s'excusant pour ce dysfonctionnement et ma  femme a payé cher ce même type de  dysfonctionnement des services, il y a 4 années :  révocation abusive..
Pensez vous toujours par ces faits, que la Banque Postale puisse  avoir une légitimité d'Etablissement de crédit en  partenariat avec  soit le Crédit Mutuel, soit Franfinance ou soit LaSer-Cofinoga,  personnellement j'en doute et c'est la raison par laquelle je vais  bientôt continuer ma lutte, par l'information pour dénoncer ces faits auprès de nombreux organismes, car actuellement des centaines  de milliers, peut-être des millions  de personnes sont surendettés en  France et aucune réglementation, aucune loi ne limite  ces excès,  engendrant la désolation, l'exclusion, le suicide et la mort.
Je vous prie de bien vouloir agréer, madame le ministre,  l'expression de ma considération la plus respectueuse
                                                                         
                  Michel Lechaplais


Monsieur Bailly, Président du Groupe la Poste

Ayant pris connaissance que La Banque Postale poursuit toujours son  action en faveur du cinéma par le financement de certains projets  pour l'année 2008, j'envisage de faire un  film et je voudrais vous  proposer un bon scénario qui pourrait faire un succès international, intéresser un large public et peut-être même décrocher des oscars.Il est évident que ce budget n'atteindra pas les 57 milliards  d'euros minimum d'aide de l'Etat pour financer  les retraites des  fonctionnaires de la Poste (autorisation de la Commission  Européenne), ni même les 420 millions d'euros sur 2 ans (entre 2008  et 2010) pour renforcer la présence postale dans toute la France et  ni même la prévision de 200 millions d'euros pour sa mission  d?accessibilité bancaire.
Les 12 Saloposts
Non, ce ne sera pas une nouvelle version du film de Robert Aldrich,  mais bien un  nouveau scénario d'une sale affaire, je dirai même  d?une scandaleuse affaire dans  lequel un certain nombre de hautes  personnalités du groupe La Poste sont impliquées. Le thème : Une petite fonctionnaire (Chef d'Etablissement 2-1  exploitée par la Poste  pendant 4 années, notée sur des objectifs  imposés comme un 2-2 et obligée d'assister à  toutes les réunions de  Chef d'Etablissement) prouve par ses agissements que la Poste est  une 2ème Société Générale en s'octroyant des prêts à 0 % pour  pallier aux  sollicitations de nombreuses Sociétés de crédit en se  servant d?un compte décaissement, au nez et à la barbe de cette  administration, en effectuant toutes les opérations dans les formes  (faits, remboursements et régularisations avec établissement de formulaires. Pendant presque 3 années, personne ne s'aperçoit de rien et pourtant  toutes ces opérations comptabilisées avec justificatifs sont  envoyées régulièrement par transmission informatique et courrier  interne au Service Comptable de la Direction de la Poste du Loiret. Alors est-ce qu'il y a eu négligence, défaillance, manque de  fiabilité du système ou manque de sérieux de cette administration et  de leur Direction? 
Le jour du «  contrôle de bureau » effectué et vérifié par le  service Comptable Départemental, Il ne manquait pas un centime en  numéraire dans la caisse du bureau de poste de Pannes (entre 3000 et  4000?) Et pourtant, utilisant des procédés les plus déloyaux tels, fausses  déclarations, faux et usages de faux sur documents avec intention de nuire, ces Hauts Fonctionnaires  médiocres et bas ont réussis à faire révoquer (assassiner) cette  petite employée avec 25 années de bons services (bonnes notations)  devant le Conseil de Discipline (déserté bizarrement par 2 personnes du Syndicat représentant le personnel), à tromper les Tribunaux  Administratifs et détruire et assassiner en même temps une famille  entière déjà dans la précarité. Les responsables de ces actes malveillants sont toujours en poste et  en bons postes soutenus par les hautes instances de ce Groupe.
Je sais qu'à terme, Monsieur Bailly, votre politique est de  supprimer le plus possible de fonctionnaires, mais au moins faites  le proprement, loyalement et en toute dignité. Après ce qui a été fait à cette petite fonctionnaire, êtes vous  toujours sûr Monsieur Bailly, de vouloir faire des prêts à la  consommation pour les personnes qui pourraient se trouver en  difficultés via de manière responsable, via des actions de  prévention du  surendettement et en accompagnant les personnes qui  pourraient se trouver en  difficulté????
De surcroît Monsieur Bailly, connaissez vous un seul Etablissement Bancaire au Monde qui puisse se permettre d'accepter plus de 40  prélèvements non autorisés de Société de crédits sur un compte CCP  engendrant des frais pour prélèvements impayés pour plus de 340?  Personnellement, je n'en connais qu'un la Banque Postale "une  banque pas comme les autres". Avec de telles pratiques illégales, quel sera l?avenir de ces personnes qui vous prendront des crédits à la consommation et qui ne  pourront plus payer, suite à un changement de situation??
Je doute vraiment, Monsieur Bailly que votre légitimité  d?établissement de crédit comme vous le stipulez dans le journal «  le Monde » soit incontestable et en soutenant la bassesse et la  médiocrité de certains hauts fonctionnaires, assassins de ma femme, je ne crois pas du tout en votre honorabilité. Après toutes ces années, trahis, détruits, humiliés, ruinés et  déshonorés l'affront sera t-il lavé ?  Une super production et un bon film à rebondissement à voir peut-être prochainement  sur tous les écrans. FIN
                                        
                                                                                     
                            Réagissez à cet article


Christian Nogues : Jai retrouvé Gérard Diacquemod, administrateur de la caisse de Crédit Mutuel Annecy-Bonlieu. Sur le rapport 2005 de la BECM.(BANQUE DE L'ÉCONOMIE DU COMMERCE ET DE LA MONÉTIQUE) www.bfcm.fr  société-mère de la BECM  www.becm.fr ( - groupe crédit mutuel - banque de l'économie du commerce et de la monétique ) à partir de la page d'accueil. puis en cliquant sur réseau d'agence l'on arrive à un organigramme et là il y a tout le groupe Crédit Mutuel,  l'encadré gris diffuse des informations, telle que : "les caisses de crédit mutuel sont des sociétés autonomes -chaque caisse locale a un conseil d'administration *_et/ou _*un conseil de surveillance composé de membres élus par les sociétaires (5,2 millions de sociétaires élisent 28000 administrateurs dans le groupe). Le rapport annuel 2005 avec les commissaires aux comptes de la BECM (format pdf 40 pages) ainsi que le rapport 2005 des CMCEESEIDF (format pdf 90 pages) avec tous les noms des membres du conseil de surveillance, leurs fonctions, ..... Il y de quoi lire et surtout de comprendre qu'il va falloir trouver une "grosse pointure" d'analyste financier que sincèrement je ne connais pas aujourd'hui.(d'autant lorsque l'on peut lire le référé du conseil d'état quant à l'affaire de la presse du 25-7-06) page 52 - 71 rapport CMCEESEIDF page 5-11- 19 -23- 37 - sur rapport BECM les commissaires aux comptes de ces rapports devraient être en mesure de répondre au fait que l'on ne retrouve pas le Crédit Mutuel Annecy Beaulieu, comment et où les sociétaires des caisses locales peuvent-ils obtenir le bilan de leur caisse, avec copie de la demande à la C.E.C.E.I. ? Gérard Diacquomod est élu membre du conseil de surveillance pour 3 ans le 24-3-2006 de  la BECM
 *1) à la distribution de dividendes 13 991 074,67 euros
*2) Le montant global des rémunérations directes et indirectes versées aux 11 membres du Conseil de Surveillance et aux 4 membres du Directoire s'est élevé à 2 416 657,22 euros en 2005 et à 2 326 642,71 euros en 2004.
*3) Aucun jeton de présence n'a été alloué aux membres du Conseil de Surveillance ou aux membres du Directoire.
*4) Les droits acquis en fin d'exercice au titre du dispositif de droit individuel à la formation (DIF) prévu par les articles L933-1 à L933-6 du code du travail sont de 12 271 heures ; aucun n'a pu encore donner lieu à demande des salariés.
*L'administrateur de la Caisse Annecy-Bonlieu Diacquenod a été nommé pour trois ans, il peut être très fier de lui en tant qu'employé d'usine d'être  venu rejoindre la France du haut - 161.000 euros pour 2005 pour exercer des fonctions bénévolement, en jouant simplement le rôle d'un homme de paille !!!!

Polémique ? par  courrier du 9 janvier 2007   adressé à C.N.  Monsieur Etienne Pflimlin qualifie les informations ci-dessus  de mensongères alors qu'elle ont été reprises des rapports de la BECM publiés et visés par les commissaires aux comptes !
Monsieur Diacquenod également par courrier du 9 janvier 2007 adressé à C.N.s'indigne également en se justifiant par le fait qu'il n'aurait pas reçu de jetons de présence ce que nous avons repris !
Il est bien écrit :
*2) Le montant global des rémunérations directes et indirectes versées aux 11 membres du Conseil de Surveillance et aux 4 membres du Directoire s'est élevé à 2 416 657,22 euros en 2005 et à 2 326 642,71 euros en 2004.
Messieurs Etienne Pflimlin et Gérard Diacquenod pouvez-vous nous dire si des personnes physiques sont actionnaires de la BECM et de la BFCM et à quels actionnaires ont été distribués les 13.991.074,67 euros de dividendes ?

Réagissez à cet article


Mademoiselle SENECHAL Véronique (Loire) dénonce les dérives du CREDIT MUTUEL : faute grave, abus de confiance et abus de faiblesse.
L’affaire : Mon père, fidèle client de la caisse locale de Crédit Mutuel à Charlieu (Loire), avait contracté un prêt pour le rachat d’un crédit en cours chez un concurrent, et ce, sur le conseil du Directeur de l’époque aujourd’hui en retraite. Administrateur bénévole de la caisse pendant 23 ans, mon père ne pouvait que s’en remettre en toute confiance aux indications qui lui étaient données, en particulier par ce directeur qu’il estimait. Au décès de mon père, ma mère a eu la grande surprise d’apprendre qu’elle était seule à être assurée pour le décès bien qu’étant insolvable, au lieu de mon père qui apportait les revenus du ménage garantissant les remboursements du dit prêt.  De toute évidence : erreur de saisie informatique.
Le directeur de l’époque, rédacteur du contrat, reconnaît sa faute comme il l’écrit dans un courrier, son successeur la confirme, mais par prétention, aucun ne veut « se mouiller ». En réalité, s’agit-il bien des vrais responsables ? Le premier de ceux-ci n’est-il pas le Président du Conseil d’Administration lui-même où l’Autorité qui découle de l’exercice de ses fonctions est de suivre une procédure légale avant d’engager des poursuites contre un sociétaire (PV d’admission, PV d’exclusion, mandat de l’Assemblée Générale mentionnant l’accord de saisir la justice etc…). Bien qu’informé par lettre RAR, le Président du Conseil d’Administration, collègue de travail de mon père qu’il estimait, est resté silencieux. Mais pourquoi ? Seulement salarié de la caisse locale, le directeur en fonction s’est autorisé volontairement à agir seul pour se débarrasser de l’affaire au plus vite.
Il en résulte trois fautes bancaires graves :
- L’une à avoir averti ma mère et mes deux frères cautionnaires du premier incident de paiement par une simple lettre datée d’avant le décès (date erronée : erreur de saisie informatique une fois de plus ! Cette caisse manque de sérieux !!!),
- L’autre à n’avoir pas effectué de déclaration auprès de la Banque de France,
- Et enfin, celle à n’avoir pas informé le Président du Conseil d’Administration afin d’engager la procédure obligatoire avant de saisir la justice.
Ce directeur n’a même pas daigné répondre aux multiples courriers RAR qui lui ont été adressés ; toutes les correspondances étaient acheminées à la caisse fédérale du Sud-Est. Quelle belle industrie… En l’état, force est de constater que la caisse de Crédit Mutuel du Sud-Est n’avait ni qualité ni intérêt à agir, alors que les statuts de la caisse fédérale et de la caisse locale n’ont jamais été produits aux débats : les demandes étaient formées au nom d’un « fantôme juridique ». De plus, tous les jugements rendus sont sans fondement, incohérents et vont à l’encontre des faits déposés en conclusion ainsi que des pièces justificatives annexées ; d’ailleurs, les fautes bancaires énoncées ci-dessus n’ont jamais été soulevées et/ou retenues. Il est évident que c’est en monopolisant les avocats et les juges, sous le couvert de l’Etat Français et de hauts fonctionnaires sans oublier l’élément majeur : l’argent, que le Crédit Mutuel obtient gain de cause dans ses procès. Pour preuve, ma rencontre avec le Ministre des Sceaux a été volontairement écourtée et à tout dire méprisante. Il est temps de lever le voile sur tous ces dirigeants qui, par leurs « magouilles » bafouent les vrais principes d’une mutualité dans l’objectif de s’enrichir toujours plus…
Finalité honteuse de l’affaire : Commandement aux fins de saisie-vente puis inscription d’hypothèque judiciaire sur immeuble et enfin règlement de 450 Euros/mois pour apurer la dite dette.
En conclusion : Le Crédit Mutuel refuse d’assumer la responsabilité qui lui incombe à savoir la prise en charge d’une dette de 16614 Euros (intérêts, frais de procédure et actes de huissier inclus). Cette somme, lourde de conséquences pour ma mère, ne reflète t-elle pas le ridicule pour cette banque qui se permet de détourner des bénéfices sans les distribuer à ses clients-sociétaires ? Ma mère a été victime d’abus de confiance (au même titre que mon père), de faute professionnelle grave et d’abus de faiblesse qui plus est, traitée sans aucune considération, par le mépris. La « banque à qui parler » ne veut plus lui parler malgré les bons et loyaux services rendus par mon père pendant 23 ans. Il faisait une entière confiance à sa caisse de Crédit Mutuel. Voilà le remerciement ! Seule face à cette bande de malhonnêtes, ma mère 75 ans, a été une proie facile dans un système qui se veut démocratique où seul l’argent compte au détriment de l’aspect humain. N.B. : les documents sont disponibles sur simple demande. senechal.eric@club-internet.fr

Réagissez à cet article


Argentino  Vincenzo - Vous allez me dire que cela est une petite goutte dans l'immensité de cette mer de requins, mais nous sommes une famille d'ouvrier à laquelle ont a tout pris et nous ne comprenons pas comment le Crédit Mutuel a pu nous gruger a ce point .Cela dit si nous avons été naïf a ce point de faire confiance a une société et ces dirigeants. Je pense que nous n'avons pas été seuls et que d'autres simples petit ouvriers qui ne comprenons pas grand chose au monde de la finance ont été mis dans la même situation!!! Quoi de plus simple que de mettre un petit ouvrier en situation de perte en sachant qu' il n'aura pas les moyens de se payer un avocat pour ce défendre et qu'il aura tellement honte d'être dans cette situation qu'il va se taire car il est bien connu qu'il a aucune chance contre le pot de fer et que nous petit ouvrier nous sommes le pot de terre. Je vous remercie d'avoir put prendre connaissance de votre site,cela ma permis de me dire que je ne suis pas fautif de ma situation, petit réconfort dans notre grande détresse mais voila, suite a la maladie de ma femme et la super assurance des ACM nous voilà, rejoignant les exclus de la société et pourtant si nous n'étions pas là avec nos revenus les banques fermeraient boutique. Cordialement a vous - Argentino  Vincenzo - vincent.argento@orange.fr
Emouvant témoignage, honte au Crédit Mutuel !

Réagissez à cet article


Christophe Lemoine - par ce mail, je vous exprime mon mécontentement avec la justice et notre société d'assurance le Crédit Mutuel également notre banque. Le 29 novembre 2001 mon épouse a été victime d un accident de circulation à  Nortkerque, un autocar lui ayant refusé une priorité : double fracture du bassin, hospitalisation et 3 années d'arrêt de  travail. 5 ans après nous en sommes au stade de vivre pour 6 personnes avec 5 euros  par jour de par une procédure longue en justice puisque en appel 4000 euros simplement ont été signifié pour 3 ans de perte de salaire sauf que les assurances du Crédit Mutuel ont bloqué cette somme une histoire inimaginable puisque notre dossier fait 30 centimètres de haut. Mes coordonnées : M Lemoine Christophe 13 rue de la Digue de Nielles 62370  Nortkerque  tel. 067607 8293 mail :  Clemoine62@aol.com
Bravo le Crédit Mutuel !

Réagissez à cet article


Christian Nogues - *L'incompétence des ACM (assurances du Crédit Mutuel) - *Le vol d'une camionnette, en pleine journée par les gens du voyage, appartenant à une  SARL dont la spécificité était la vente en laisser sur place a été remboursé plus d'un an plus tard - *Aucun respect des conventions signées* La banque a refusé d'honorer une traite pourtant couverte d'une autorisation contractuelle. Cet impayé engage la responsabilité de la banque pour rupture abusive de crédit. Étant inscrit en banque de France la SARL a été obliger de payer comptant ses factures alors que son poste clients était entre 30 et 60 jours fin de mois. Quatre mois plus tard, l'entreprise se déclarait en cessation de paiement. *Aucun respect de la législation sur les prêts* La cour d'appel, a invité la banque à recalculer sa créance aux taux légal et ce pour : -absence de TEG et d'exemples chiffrés -calcul des intérêts sur 360 jours-TEG erroné. *Aucun respect de la loi sur la coopération, de ses statuts et de son règlement général de fonctionnement des caisses* La banque a refusée de fournir les documents contractuels et occultée les éléments soulevés en indiquant par écrit d'avocat que les moyens indiqués étaient des « élucubrations du gérant » *Aucun respect des droits des sociétaires et pratique de la politique de l'autruche en ne répondant pas* Saisie l'administrateur de la caisse par LRAR, sans réponse - Saisie l'inspecteur de la fédération par LRAR, sans réponse - Saisie la fédération par LRAR, sans réponse - Ses statuts indiquent pourtant « /La fédération a pour objet de représenter les sociétaires des caisses adhérentes, pour faire valoir leurs droits et intérêts communs au besoin même à l'égard des conseils d'administration des caisses locales »/ christian.nogues1@tiscali.fr
M. Pflimlin qu'avez-vous à répondre ?

Réagissez à cet article


Philippe et Carmine - Mon épouse et moi même, nous sommes portés caution pour garantir un  emprunt réalisé par une société dont nous étions actionnaires.  Celle-ci a déposé le bilan. Nous sommes depuis contrains de payer la dette en tant que caution. Notre avocat trouve surprenant que le Crédit Mutuel ait pu nous  accepter comme caution, étant déjà en situation de surendettement avant d'accepter d'être caution. Seul la vente de notre résidence principale pourrait permettre de  payer cette dette. En aucun cas le Crédit Mutuel ne s'est préoccupé de vérifier notre solvabilité par une étude de nos ressources et dépenses avant de nous  faire signer.
Bravo le Crédit Mutuel !

Réagissez à cet article


Valentine - Je suis cliente au Crédit  mutuel depuis 1987 ( ma naissance). J'ai repris mes études en septembre 2005 à l'institut de formation en soins infirmiers des hôpitaux civils de Colmar. Ces études m'entraînent beaucoup de frais. J'ai eu la chance d'obtenir un financement de la part des Assedic pour toute la durée de ma formation (qui débouchera d'office sur un emploi) c'est à dire jusqu'en octobre 2008. Néanmoins les fins de mois s'avèrent s'avèrent parfois difficiles et ne laissent pas de place pour des imprévus tels que des frais de que des frais de santé. Mr André PATRICE directeur de ma banque et également mon "conseiller" me refuse un découvert, me harcèle de courriers, et me pénalise de frais à tout vas. Il n'a aucune compréhension et n'accepte aucune concession. Vous ne pourrez peut être rien faire pour moi mais à cause de lui ma situation financière est de plus en plus fragile et je ne peux compromettre mes études à cause de lui car malgré mes efforts ils ne veux rien entendre. De plus presque toute ma famille est cliente chez lui et mon papi, de son vivant était président du crédit mutuel de Ste Marie aux Mines (Mr Ernest SCHAER). Je trouve inadmissible que l'on ne laisse pas une chance aux jeunes pour s'en sortir valentine68160@hotmail.com

Revenez Monsieur Raiffeisen, ils ont trahi votre idéal de faire une banque pour aider les plus démunis. Les sieurs Lucas et Pflimlin préfèrent utiliser l'argent des sociétaires pour faire un raid boursier contre les Galeries Lafayette et des opérations de bourse hasardeuses qui ont coûtées en 2005, 640 millions de pertes au CIC, avec la complicité de l'Autorité des Marchés Financiers.

Réagissez à cet article


D'un anonyme bien informé - En Loire-Atlantique, le Crédit Mutuel aujourd'hui comprend plusieurs sociétés dans l'immobilier tels que Ataraxia (marchand de biens) Avis (agence immobilière) Versailles Immobilier (promotion) Terre Océane (aménageur foncier). Le Crédit Mutuel a tissé une toile en recrutant des personnes bien placées dans certaines mairies, ils les ont ensuite mis à contribution pour leurs programmes immobiliers. Dans certaines communes seules les filiales du Crédit Mutuel on le droit de réaliser des opérations immobilières. Des clients sont victimes de leur société de marchand de bien. Et de nombreux clients se plaignent que leurs comptes sont débités par le Crédit Mutuel sans motif. Le Crédit Mutuel est une banque dangereuse pour ses clients et pour ses opérations immobilières.
Mélange d'intérêts publics et privés, le Crédit Mutuel est-il dans son rôle ? Crédit Mutuel la banque à qui ne plus parler !

Réagissez à cet article


Lothaire et Geneviève - Bonjour,a force de chercher de se battre... j'ai fini par tomber sur votre association........nous sommes en passe de tout perdre au profit du CREDIT MUTUEL .... restaurateurs depuis 17 ans........(de 1989 a 1991 nous étions en location) - achat de notre affaire en 1992 pour 505.000 francs + 150.000 francs murs et fonds avec super hypothèque : 1ère erreur de la banque... notre chiffre d'affaires ne le permettais pas....nous sommes passés d'un loyer de 2.000 francs à a une traite de 11.000 francs !!! en 1993, nous avions du mal alors le CREDIT MUTUEL nous octroie un prêt de RESTRUCTURATION de 210.000 francs.... la descente aux enfers ne sait pas faite attendre.....en 1997 nous avons fait appel au tribunal  qui a accordé la levée des prêts pour 6 mois... le temps de mettre en place des échéanciers partout : RAM... URSSAFF... TVA....et renégociation des prêts....nous avons mis 4 ans a payer toutes les caisses obligatoires.... début 1998 les prêts sont repartis pour 15 ans... seulement voilà en 2004 conjoncture oblige .... les difficultés reviennent .... une traite de 1.000 euros mensuelle un BIC de 11.000 euros annuel à deux plus un enfant ...impossible !!! nous devons encore 78.000 euros au CREDIT MUTUEL    15 ans après !!!! LES VOLEURS SONT BIEN PROTEGES....APPEL AU TRIBUNAL DE COMMERCE DE STRASBOURG : refus.... il faut prendre des avocats....nous en avons deux....RIEN !!!! adhérent du CAAB : RIEN............qui protégent ces gens ???  nous avons jeté l'éponge le 31 juillet 2006 en faisant une cessation d'activité... pour l'instant.. 2 semaines de vacances en 17 ans... pas de maladie - interdit !!! on essaie de vendre ce commerce en maison d'habitation ...de 230.000 euros, on est à 165.000 euros ? aujourd'hui.. 250m2 habitables a 40 km de Strasbourg et des voleurs qui se frottent les mains parce qu'au 31 octobre ils le prendront pour 78.000 euros. Nous n'avons plus rien.. si  600 euros  + les marchés aux puces ou nous vendons nos verres... et bricoles... pour manger!!!! On ne peut même plus se dire qu'on peut payer quelqu'un pour nous aider !!!!  où est la morale....    la banque à qui parler ???? Issus de famille modeste, mon mari est placé à la DASS à l'âge de 10 ans... moi je perd maman à 15 ans... on s'est déjà sorti de notre galère de famille... pour travailler 15 ans pour des voleurs qui ont encaissé 3 voir 4 fois notre seul bien !!! Vous ne pouvez pas imaginer un seul instant les agios... frais... etc... qu'on a payé en 15 ans !!! alors vous êtes peut-être nos sauveurs ??? Les derniers d'une longue liste qui n'ont pas bougé parce que c'est le Crédit Mutuel et qu'ils ont peur des banques et bien sûr aussi parce que nous n'avons plus rien... - Mr Weber Lothaire - Mme Franc Geneviève 17 rue principale 67110 Uttenhoffen tél : 0388729142 arbrevertutt@wanadoo.fr
Quoi répondre à votre message, que ce sont des "voleurs, des tricheurs, des menteurs, des falsificateurs", eh bien oui, c'est tout cela. Mais ce qui est beaucoup plus grave, c'est que toutes ces affaires se font avec la complicité de juges et de fonctionnaires de haut rang. Personne n'ose demander des comptes à ces "hors la loi", lisez bien nos articles sur nos sites, et vous apprendrez que ces gens ont utilisé les statuts de sociétés qui avaient été créées par les NAZIS. Oui, vous avez bien compris, les sociétés du Crédit Mutuel sont des ex sociétés NAZIS ! Voilà la vérité. Ensuite, nous vous recommandons de demander à votre Caisse : une copie de ses STATUTS à l'époque des faits, une copie de la souscription des parts sociales que vous devez avoir signée quand vous êtes entré en affaire avec la Caisse, et également une copie du Règlement Général de Fonctionnement. Et vous allez constater qu'il y a de grande chance que la caisse ne pouvait pas vous prêter  d'argent, et que si elle vous a fait signer des cautions pour garantir ces prêts, on appelle cela de l'ESCROQUERIE et il faut déposer plainte auprès du Procureur.

Réagissez à cet article


Nicolas Lesage - Bonjour, je vous écris car le Crédit Mutuel m'a ouvert un plan d'épargne logement sans mon consentement. Le 27 juillet 2006, une personne du Crédit Mutuel m'a appelé pour me demander si je souhaitais ouvrir un PEL. Je lui ai répondu que je n'étais pas intéressé. Deux jours plus tard, je reçois à mon domicile un contrat d'ouverture de PEL envoyé par mon agence (Crédit Mutuel de Sannois) que je dois signer. N'étant toujours pas intéressé, je ne le renvoie pas. Le 07 août 2006, je reçois un courrier m'indiquant que j'ai ouvert un PEL et une somme de 270 euros est prélevée directement sur mon livret bleu. Je pense que cette pratique est totalement illégale du fait que je n'ai pas signé de contrat d'ouverture de PEL et je n'ai pas non plus signé de documents leur permettant de prélever directement de l'argent sur mon livret bleu. Je suis allé dans leur locaux le 08 août et ils m'ont obligé à signer un document dans lequel je demande la résiliation de mon PEL (ce qui sous-entend qu'un contrat d'ouverture a été signé pour l'ouverture de ce dernier). Je vous écris pour connaître les recours dont je dispose pour stopper les ouvertures de plan abusifs pratiquées dans cette agence et pour savoir si d'autres personnes ont été victimes, comme moi de cette fraude. n-lesage@club-internet.fr
Ces pratiques malheureusement courantes au Crédit Mutuel sont causées par la pression des dirigeants sur les salariés des caisses pour obtenir des résultats (course au profit oblige, curieux pour une banque à but non lucratif !). Si vous êtes victimes de ce genre de pratique, prenez rendez-vous avec le président du Conseil d'administration de votre Caisse, son représentant légal, pour qu'il prenne des mesures disciplinaires contre le salarié responsable de cette escroquerie et portez plainte auprès du procureur de la République.  info
http://banque1.site.voila.fr/

Réagissez à cet article




Retour