site des victimes du credit mutuel
site des victimes du Cridit Mutuel
site des victimes du Cridit Mutuel

En 1997 et 1998, une commission d'enquête parlementaire voir l'article 6 de de l'ordonnance 58-1100 du 17 novembre 1958) avec des élus de gauche comme de droite, menée par Messieurs François Colcombet, magistrat et parlementaire, et Arnaud Montebourg, , avocat et parlementaire, s'était penchée sur les problèmes de conflit d'intérêt et des affaires pas très claires qui avaient cours dans certains tribunaux de commerce ( voir extraits du rapport ).
Très peu de temps s'est écoulé entre les déclarations tonitruantes de Montebourg voir la vidéo INA), , les déclarations opportunistes des parlementaires et le moment où tout le monde s'est "écrasé".
Aujourd'hui on a changé de sujet et on évite semble-t-il soigneusement d'en parler, après que cette enquête parlementaire se soit penchée sur le cas particulier de Strasbourg et sa région.
Les "interrogés" ont dû se taper sur la panse lorsque M. Colcombet, Montebourg et sa commission ont tourné les talons !
On notera au passage (et pour s'y référer pour la suite) les remarques faites dans ces extraits pour la région de Mulhouse.
Or dans ces tribunaux "élogiés" par le Président de Cour, il s'en passe des choses pas très claires, dont voici un exemple de composition du tribunal dix mois après le passage de la commission dont il était question plus avant.
Dans cette affaire, la composition du tribunal, sous la surveillance du procureur, est quelque peu troublante : la banque créancière est le Crédit Mutuel, et comme par pur hasard, un des juges consulaires s'appelle Pflimlin tout comme le grand patron de la banque qui donne le "LA"!
Nous reviendrons sur cette affaire qui a la particularité d'être bien connu de la justice locale mulhousienne, elle aurait dû faire scandale à l'ordre des avocats, à la chambre des notaires, à celle des administrateurs judiciaires et chez les magistrats, puisque certains intervenants notaires et avocats, qui étaient censés protéger, assister ou défendre la caution, grenouillent en réalité dans les nébuleuses sphères dirigeantes du Crédit Mutuel, dans lesquelles il est très dificile de déceler leur présence du fait que l'opacité concernant ce banquier est savamment entretenue.
Or, tous les Ordres, chambres, etc., ces "clubs" sans exception, qui seraient, à en croire ce qu'ils écrivent, chargés de la déontologie de leurs membres, cherchent à tout prix à l'étouffer plutôt que de prendre leurs responsabilités.
En fait cela leur est facile, il suffit de faire obstruction à toute plainte pour ensuite être dégagé des maux grâce à la prescription judiciaire. L'importance qu'a le monde judiciaire dans les affaires touchant le Crédit Mutuel est particulièrement troublant. Ceci a d'ailleurs été dénoncé il y a quelques années déjà sur le site rédigé par Daniel.
Daniel soupçonnait à l'époque des arrangements occultes entre les gens de justice et ce banquier.
Force est de constater qu'il n'avait pas la berlue et qu'il s'est avéré par la suite, que les suspicions qu'il avait, étaient loin d'être infondées.
Nous allons voir cela les pages suivantes et à venir.